Jour particulier de confrontation entre les deux équipes de tête de tableau. Signe de l’éventualité d’une possible montée en division supérieure. Les deux clubs se sont donnés les moyens de cette ambition.

D’un côté l’intégration d’un jeune de N3 (ASVB) connu de nos « services » pour renforcer ce collectif, de l’autre la présence d’une « référence » sur la feuille de match (MCV76)… « Chris, le N°6 ! ».

Et si nous n’avions pas à cœur de donner un rayonnement relatif à notre club (nous ne visons que l’accession en régionale !), aurions-nous été aussi impliqués dès le début de cette rencontre? L’idée même d’une défaite ne nous a pas traversé l’esprit et une jeunesse retrouvée nous conduit vers le gain de ce premier set (25/18).

Et si l’effectif de nos adversaires avait été différent, raison souvent invoquée, externalisation de la cause disent les grands penseurs, aurions-nous pu combattre sans relâche au cours du deuxième set? Pour le coup notre collectif, quasi au complet et tout du moins « mentalement renforcé » (le N°6), a trouvé la motivation suffisante pour contrecarrer les velléités de victoire de nos adversaires et conduit à une fin de set haletante (30/28).

Et si nous avions prévu de terminer rapidement l’aventure, répondant ainsi aux attentes annoncées de notre club, sûrement aurions-nous choisi de faire apparaître sur la feuille de position notre « joker » jusqu’alors seulement mental. L’expérience de ce dernier alliée à sa « grandeur d’âme », « vous n’avez pas ici besoin de moi ! » (SIC) n’a pas conduit à ce choix. Doit-on le regretter ? Toujours est-il qu’un véritable « passage à vite » se fait et malgré nos réactions, pour le coup un peu désordonnées, l’issue nous est défavorable (10/25).

Et si nous n’avions pas été touché dans notre orgueil, et si notre collectif n’avait pas su réagir, et si les bons conseils n’avaient pas été distribués, aurions-nous pu répondre favorablement aux encouragements de nos « jeunes loups », supporters motivés et sympathiquement « bruyants », de la soirée, qui, il faut bien l’avouer, ont joué parfaitement leur rôle de 7ème homme ! Dans une osmose retrouvée nous terminons cette épreuve dans la liesse (25/16).

Certains avancent que « avec des si on mettrait Paris en bouteille ! », nous pouvons annoncer qu’avec des si on ne peut qu’avoir des regrets car soumis au conditionnel.

Nous saurons apprendre de ces expériences et si, pour une fois depuis plusieurs saisons, la balance penchait de notre côté.

Le coach masqué

%d bloggers like this: