La proximité d’Halloween et son cortège de croyances et superstitions me laisse chaque année circonspect, moi citoyen plutôt bien ancré dans ce 21ème siècle. Vous allez me dire que vous ne comprenez pas ce soudain intérêt pour des choses qui sont traditionnellement attachées au Moyen-âge, à la « chasse aux sorcières », période pendant laquelle le « chat noir » était considéré comme un mauvais présage. Je m’autorise à penser que certains d’entre nous, face à cet élégant félin par ailleurs, ne peuvent s’empêcher d’imaginer cette mauvaise fortune.

Mais pourquoi brosser un sombre portrait du « chat noir » alors, qu’encore une fois, nous rentrons vainqueurs de notre match du week-end (3/0) ? C’est tout simplement que bien que piètre sémiologue, certains signes proposés à ma réflexion méritent que l’on si attarde et ainsi envisager une « parade » si d’aventure des paradoxes se faisaient jour entre notre désir de victoire et « la poisse » historiquement liée à la couleur de ce félidé.

Certains, pourtant loin d’être de « mauvaises langues », ont toujours affirmé qu’un collectif, quel qu’il soit, comporte souvent en son sein un « chat noir », ainsi les actions et résultats contraires aux attendus trouvent chez ce partenaire justifications et raisons.

Aussi lorsque l’un d’entre nous semble suivi par cette « malédiction », il convient que nous, collectif éclairé, puissions faire tous ce qui est en notre pouvoir pour contrecarrer cette croyance.

C’est ici que je dois citer cet avertissement : « toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existées ne saurait être que fortuite et indépendante de ma volonté ». Alors voici l’histoire.

Un jeune joueur (c’est en changeant un élément de contexte que du coup l’histoire est différente), que nous appellerons Serge (référence à une série animée de mon enfance !) qui semble accumuler la malchance, il est légitime que dans un souci de protection la prise en compte de cet état de fait soit effective. A vous de vous faire une opinion. Une blessure survenue lors du premier entraînement de la saison, bilan plusieurs semaines d’absence sur les parquets, une différence de points dans les sets moins significative pour notre équipe que lorsqu’il est présent sur le banc lors de son premier match, et, pour terminer en apothéose, une dégradation, sûrement « volontaire » de son véhicule (vitre brisée) quand les voitures de ses partenaires elles aussi présentent et de bien meilleures factures (en même temps mieux qu’une voiture dont le nom commence par Xsa et fini par ra c’est pas trop difficile ;-)) n’ont rien et que, circonstance aggravante s’il en est, aucun vol constaté ni dégâts additionnels pour ce même véhicule.

Vous avouerez que là, on peut s’interroger.

Allez ne crains rien Serge, tu pourras compter sur nous pour te servir de « porte-bonheur » et si « chat noir » tu es nous prendrons son acceptation de l’Egypte ancienne ou Africaine (Bantou pour les connaisseurs) pour lesquels ce petit mammifère carnivore est « magique ».

Le coach masqué.

%d bloggers like this: