La question de l’inné et de l’acquis reste un débat qui traverse les différents courants de la psychologie. Une illustration « historique » de ce débat reste « Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron ».

Si je m’autorise à parler psychologie ne voyez pas de relation avec les diverses réactions suite au dernier article (« j’ai envie de vous dire »). Mais il s’agit de remettre les choses à leur place.

Il est tout à fait évident que nous naissons tous avec des tendances préexistantes en terme de comportement, de personnalité, voir même avec des capacités physiques. Ces tendances sont liées à notre patrimoine génétique hérité (moins vrai pour le physique, quoique lorsque l’on s’intéresse à la famille Tillie, la question mériterait d’être posée !). Cet état de fait peut être interpellé lorsque des évènements favorables voire « fantastiques » surviennent. Il a forcément été question de cet inné lors de notre dernière rencontre, sinon comment expliquer que des joueurs qui n’avaient jamais joué ensemble jusqu’alors, finissent par tirer plus qu’honnêtement leur épingle du jeu, même si ce premier set fut serré (25/23).

En ce qui concerne l’acquis, qui ne doit en aucun cas être sous-estimé, il est tout aussi évident que la culture d’origine, le contexte historique, l’origine sociale dans une culture donnée, modèlent tout autant les structures psychologiques, les comportements, les personnalités des individus, leur façon de parler, de réagir à certaines situations. C’est ici que certains ont bien compris l’importance de la « préparation mentale » qui préside souvent à de belles victoires. Notre préparation à nous reste très « basique » et très empreinte de convivialité, de respect mutuel, de partage et ce quelle que soit l’ancienneté des joueurs concernés. Le bénéficie des « stratégies » de jeu (Merci Wojtek) maintes fois répétées peuvent ici aussi donner du sens à la prestation de ce dimanche. Les plus jeunes d’entre nous, appelés pour cette rencontre, ont confirmé cette prégnance de l’acquis (25/15, 25/18).

Comme toujours, tout est à nuancer, il n’est pas question de « tomber » dans le « simplisme » ! Certains nés dans un milieu très défavorisé, s’en sortiront très bien du fait de ce « petit quelque chose en eux » (nous en avons des exemples dans notre club !), d’autres ayant tout pour réussir, partiront sur une mauvaise pente (je souhaite que nous n’ayons pas ces cas !). Finalement, peut-être l’éducation a-t-elle pour principal objectif de développer et promouvoir ce que nous avons en nous dès la naissance, mais n’est jamais ni gagné ni perdu d’avance.

Mais cette semaine on s’en moque… On a gagné, ce qui est acquis c’est notre accession en Pré-Nationale et que la relève est assurée !

Le coach masqué.

%d bloggers like this: