Le fait que ce week-end se déroule le festival international de la bande dessinée d’Angoulême, m’autorise à faire un parallèle entre notre prestation de ce soir et un héros de ce « neuvième art » sûrement connu de tous : j’ai nommé « Gaston Lagaffe ».

Un premier set au cours duquel, un manque d’enthousiasme et de motivation, comme peut l’être ce héros dans l’implication de son métier (d’ailleurs quel est son métier ?), nous conduit à balbutier notre volley. La proximité des fêtes se fait encore sentir, quelques « premières gaffes » (Tome 1)  sont présentes et la difficulté à imposer notre rythme permet à nos adversaires du soir de semer le doute sans toutefois y parvenir (25/18).

S’en suit un « gala des gaffes » (tome 3), des « gaffes à gogo » (tome 5) et quelques « rafales de gaffes (tome 8) qui impactent l’ensemble des compartiments de jeu. Que ce soit au service, à la réception et même à l’attaque, c’est « gaffes, bévues et boulettes » (tome 16). Nos adversaires profitent de cette chance (28/30).

A l’image de ce sympathique héros, il y a eu des moments au cours de ce troisième set où « Lagaffe mérite des baffes » (tome 18). Notre ténacité cette fois-ci nous permet de rebondir, « Lagaffe rebondit » (tome 20) et bien que le contrat ne soit pas encore totalement rempli (il ne l’est jamais avec Gaston, Prunelle et Mr De Mesmaeker !), nous sommes dans la bonne direction. (25/17).

La force de ce personnage réside dans le fait que, passablement irritant, il sait fédérer la sympathie (je ne vise évidemment ici personne de notre équipe !). Ses amis restent fidèles et participent à ses aventures, même celles les plus « abracadabrantes » (le gaffophone en est un exemple criant). Si l’on peut envisager chez nous un peu des personnages que sont « jules de chez Smith en face », de « Bertrand Labévue » ou de « Manu », c’est « William Lapoire » , complice indéfectible sportif, toujours à ses dépens,  de Gaston qui par similarité nous aide à rester solidaires. La partition des « rois du son » (ubuesque groupe musical !) trouve enfin un accord. (25/15).

Pour une quiétude psychologique je souhaite cependant que l’on s’éloigne au plus vite de cette « incartade » dans le monde des bulles, « phylactères » pour les puristes, et que ces quelques gaffes restent anecdotiques.

Le coach masqué.

%d bloggers like this: