Modele word URN 2018

Nulle intention de mettre en lumière un quelconque opérateur de parking privé ou de gestion des autoroutes, il s’agit de participer à notre manière au 500ème anniversaire de la mort d’un génie universel : Léonard de Vinci (1452-1519).

Une soirée qui s’annonçait comme la « renaissance », lors de cette 2ème journée de championnat. Si ce renouveau n’a pas été évident de prime abord (23/25), nous avons la faiblesse de penser qu’à l’instar de ce philosophe humaniste florentin, procrastinateur chronique selon ses contemporains, si nous avions été un peu plus concernés, les choses auraient pu être autres.

S’ensuit une séquence aussi énigmatique que le sourire de « Mona Lisa ». Pourquoi une telle différence entre des sets successifs ? En effet, tout semble se dérouler dans une maîtrise retrouvée. La précision des actes déconcerte nos adversaires du jour et malgré quelques approximations, nous ne gardons pas les bras croisés et ne laissons aucunes ombres au tableau (25/15, 25/17).

La suite est quasiment consternante, à l’image de ce qu’il puisse être observée dans « La cène » de cet illustre peintre italien. Une ambiance surréaliste contigüe à un « l’un de va me trahir », maxime prêtée à JC lors de ce dernier repas. L’étonnement général ne va pas dans le sens d’une victoire et bien que certains signes de rédemption apparaissent, l’issue est connue (23/25).

La force de Léonard de Vinci résidait dans son aptitude à observer et à expérimenter. Les preuves de ce génie ne sont plus à prouver (parachute, char d’assaut, hélicoptère,…). Et comme s’il nous avait « poussé » 2 bras et 2 jambes supplémentaires, « l’homme de Vitruve », aucune action ne semble pouvoir nous mettre en difficulté. Finalement avec l’esprit de ce sympathique barbu, qui à l’époque considéré, avec cet attribut, comme un sage et non comme un possible fanatique, qu’est clos (Lucé) cette soirée (15/9).

Je reste in fine stupéfait de notre capacité à nous tirer de ces situations difficiles et demeure admiratif du « génie » dont nous pouvons faire quelquefois preuve, honorant de la sorte cet homme d’esprit universel : Merci Mr Léonard de Vinci.

Le coach masqué

%d bloggers like this: